http://www.imrmarseille.com

Bilan de fertilité Marseille : Le don d'ovocytes

Le don d'ovocytes

  • Carré Saint Giniez
  • 345 avenue du prado, 13008 Marseille
  • Tél.
  • Institut de Médecine de la Reproduction
  • 6 rue Rocca, 13008 Marseille
  • Tél. 0491167910
  • Nos horaires

    Le Carré Saint Giniez : Lundi au vendredi : 8h00 - 19h00

    Le Centre d'Echographies : Lundi au vendredi : 8h00 - 19h00, Samedi et dimanche : 8h30 - 12h00

  • Plan d'accès

 

Le don d'ovocytes peut être indiqué soit en cas de stérilité féminine par absence d'ovulation (due à des anomalies congénitales, ablation des ovaires, ménopause précoce, etc. ) soit quand la patiente est porteuse d'une anomalie génétique qu'elle risque de transmettre à l'enfant.
Dans ce dernier cas, il est également possible de faire appel au diagnostic pré-implantatoire (DPI).
Le don d'ovocyte est interdit en France lorsqu'il est demandé pour raison de convenance.

La donneuse :
Avant de pouvoir faire don de ses ovocytes, la donneuse doit réaliser une prise de sang afin d'éliminer un risque de transmission d'une maladie infectieuse (Hépatites B et C, SIDA, Cytomégalovirus, HIV, Syphilis), mais aussi afin de déterminer son groupe sanguin, et réaliser une analyse chromosomique.
Un frottis de dépistage est également réalisé ainsi qu'une échographie pelvienne.
Ce bilan est demandé par un médecin qui vérifie aussi par un interrogatoire poussé l'absence de maladies génétiques graves dans les antécédents personnels ou familiaux.
Le médecin notera également les caractéristiques physiques de la donneuse, afin qu'elles correspondent au mieux aux caractéristiques physiques du couple receveur.
A la fin de la consultation, le couple donneur signera un formulaire confirmant sa volonté de faire un don d'ovocytes.
Toutes ces dispositions légales sont similaires à celles observées pour le don de sperme.

La receveuse et son conjoint :
Le médecin relèvera les mêmes antécédents médicaux et caractéristiques physiques chez la donneuse et la receveuse : couleur de peau, de cheveux, d'yeux et rapport poids/taille.
On réalisera également un groupe sanguin et parfois une enquête génétique ainsi qu'un caryotype.
Toutes ces caractéristiques physiques et biologiques seront également notées pour ce qui concerne le conjoint de la receveuse.
Comme pour toute technique d'Assistance Médicale à la Procréation intraconjugale, une prise de sang sera réalisée chez les deux membres du couple receveur pour éliminer une possible maladie infectieuse (Hépatites B et C, HIV , syphilis).
Afin d'estimer le pouvoir fécondant du sperme du conjoint receveur, on réalisera un spermogramme, un spermocytogramme, une spermoculture et tout autre examen supplémentaire éventuellement nécessaire.

 

Le don d'ovocytes est un don de cellules reproductrices féminines d'une femme à une autre femme.

L'Institut de la Médecine de la Reproduction n'est actuellement pas autorisé à pratiquer le don d'ovocytes.

 

En France, le don d'ovocytes passe par une Fécondation In Vitro avec congélation embryonnaire.

Après avoir donné son accord, la donneuse devra réaliser une stimulation ovarienne, car le passage par la fécondation in-vitro est obligatoire lors d'un don d'ovocytes.
En effet, comme on ne peut en effet pas congeler les ovocytes aussi facilement que les spermatozoïdes, la donneuse va être stimulée et ses ovocytes seront ponctionnés comme dans le cadre de la FIV intraconjugale.
Les ovocytes issus du don seront ensuite fécondés avec le sperme du conjoint du couple receveur. Il s'agit donc jusqu'ici d'une FIV similaire à celle réalisée au sein du couple (voir chapitres sur la FIV).
Cependant, contrairement à la FIV intraconjugale, les embryons obtenus ne pourront pas être transférés tout-de-suite car ils doivent subir une période légale de plusieurs mois .

Ces embryons sont congelés et conservés dans l'azote liquide pendant au moins six mois, période à l'issue de laquelle on effectue une nouvelle prise de sang chez la donneuse pour s'assurer qu'il n'existe toujours pas de risque de contamination infectieuse (la donneuse ayant pu se trouver en phase d'incubation non détectable par les analyses au moment du don de ses ovocytes). 

En cas de nouvelle négativité des tests sanguins de la donneuse, on procède alors au transfert des embryons congelés dans l'utérus de la conjointe du couple receveur.
Comme pour tout transfert d'embryons congelés après FIV intraconjugale, la patiente receveuse peut bénéficier d'un traitement hormonal destiné à préparer la muqueuse utérine à accueillir l'embryon.
Un test de grossesse sera également réalisé 15 jours après le transfert du ou des embryons congelés. 

Docetur JP Franquebalme

Contactez-nous