http://www.imrmarseille.com

Bilan de fertilité Marseille : Anatomie de l'appareil génital masculin

Anatomie de l'appareil génital masculin

 

 

 

 

 

  • Carré Saint Giniez
  • 345 avenue du prado, 13008 Marseille
  • Tél.
  • Institut de Médecine de la Reproduction
  • 6 rue Rocca, 13008 Marseille
  • Tél. 0491167910
  • Nos horaires

    Le Carré Saint Giniez : Lundi au vendredi : 8h00 - 19h00

    Le Centre d'Echographies : Lundi au vendredi : 8h00 - 19h00, Samedi et dimanche : 8h30 - 12h00

  • Plan d'accès

Nous décrivons ici les organes qui participent à l'élaboration des différents constituants du sperme et à son émission hors du corps masculin : les testicules, les épididymes, les canaux déférents, les vésicules séminales, les canaux éjaculateurs, la prostate et le pénis. 

 

Les testicules sont normalement au nombre de deux et sont le lieu de fabrication des spermatozoïdes. Ils se situent dans l'abdomen du foetus jusqu'au sixième mois de grossesse et atteignent leur position normale au huitième mois. Ils sont alors situés à l'extérieur du corps, à l'intérieur des bourses appelées aussi scrotum. La taille des testicules est variable mais les dimensions habituelles sont : 5cm pour le plus grand axe, 3 cm pour le petit axe, et 2,5 cm pour l'épaisseur.

L'épididyme et le canal déférent sont des canaux qui permettent à l'éjaculat contenant les spermatozoïdes de passer du testicule à la région prostatique. Ils permettent aux spermatozoïdes de compléter leur maturation en leur apportant des constituants biochimiques qui augmentent leur capacité à féconder. Deux marqueurs biochimiques permettent être dosés dans des laboratoires spécialisés pour apprécier l'apport de l'épididyme au sperme total : l'alpha-glucosidase et la carnitine.

La prostate et les vésicules séminales. Lorsque le sperme atteint la prostate, il y rejoint la partie terminale des vésicules séminales. Le sperme s'enrichit alors de composants supplémentaires issus des vésicules séminales (fructose) et de la prostate (citrate, phosphatases acides, zinc) qui participent eux aussi à la qualité fécondante du sperme final.

L'urètre. A la sortie de la prostate, le sperme parcourt l'urètre sur toute la longueur du pénis pour être émis au niveau de son orifice terminal, le méat, situé à l'extrémité du gland.

Le système endocrinien. Il faut savoir que, comme chez la femme, le bon fonctionnement de l'appareil génital masculin dépend d'un système complexe constitué de signaux neurologiques et de réponses endocriniennes (fabrications d'hormones) qui interagissent entre eux. Le centre de commande de ce système se situe dans le cerveau, au niveau de l'hypothalamus et de la glande hypophyse. Les hormones impliquées dans ce système sont essentiellement la LH et la FSH hypophysaires (appelées gonadotrophines) et la testostérone fabriquée par les testicules. De nombreuses autres hormones et substances biologiques interfèrent avec ces hormones, soit en freinant, soit en accentuant leurs effets.

 

Pathologie.

Les azoospermies

Une absence totale de spermatozoïdes (azoospermie) peut être due soit à un défaut de fabrication des spermatozoïdes (problème testiculaire), soit à une obstruction sur les voies génitales (épididyme, canal déférent, vésicules séminales, prostate).
Cette obstruction peut être due à une malformation congénitale (agénésie des canaux déférents et des vésicules séminales) ou à des séquelles d'infection génitale.
Le traitement de ces deux types d'azoospermies pouvant être différent, il est impératif d'examiner le patient pour déterminer la cause exacte de la pathologie et demander les examens complémentaires qui s'imposent : dosage hormonal, dosage des composants biochimiques du sperme, échographie testiculaire et prostatique.
Lorsque la cause de l'azoospermie sera déterminée, le médecin proposera un traitement adapté, qui pourra être soit un traitement médical (traitement d'une prostatite chronique), soit un acte chirurgical (désobstruction d'un canal), soit une technique d'Aide Médicale à la Procréation (lorsque les deux premiers traitements n'ont que des chances négligeables d'obtenir une guérison).

Les oligoasthénotératospermies (OAT).

Plus fréquemment peut exister une diminution du nombre de spermatozoïdes (oligospermie), de leur mobilité (asthénospermie) ou une altération de la forme (tératospermie). Ces anomalies s'associent souvent entre elles (OAT).

Selon l'intensité du trouble, les chances d'obtenir une grossesse spontanée seront plus ou moins diminuées, dépendant également de la fertilité de la femme (âge, problèmes ovulatoires ou anatomiques associées).

La cause de ces troubles de la spermatogénèse est quelquefois retrouvée (antécédents d'intervention dans l'enfance pour testicule mal descendu, séquelles d'infections ou d'atteinte des testicules lors des oreillons, intoxication alcoolique...), mais le plus souvent aucune explication ne peut être fournie.

Un traitement spécifique ne peut donc être proposé et la seule possibilité thérapeutique résidera dans les techniques d'Assistance Médicale à la Procréation, choisies en fonction du test de migration survie des spermatozoïdes et du bilan féminin : Insémination Intra-Utérine (IIU), Fécondation In Vitro (FIV), Injection Intra Cytoplasmique (ICSI pour IntraCytoplasmic Sperm Injection).

Contactez-nous