http://www.imrmarseille.com

Bilan de fertilité Marseille : Religion et Assistance Médicale à la Procréation

Religion et Assistance Médicale à la Procréation

  • Carré Saint Giniez
  • 345 avenue du prado, 13008 Marseille
  • Tél.
  • Institut de Médecine de la Reproduction
  • 6 rue Rocca, 13008 Marseille
  • Tél. 0491167910
  • Nos horaires

    Le Carré Saint Giniez : Lundi au vendredi : 8h00 - 19h00

    Le Centre d'Echographies : Lundi au vendredi : 8h00 - 19h00, Samedi et dimanche : 8h30 - 12h00

  • Plan d'accès

 

Les progès réalisés par la science ont souvent été des sources de conflits spirituels chez les croyants, et lorsque ces progrès touchent aux origines de la vie, ils peuvent parfois susciter des questionnements douloureux sur le sens de la vie, la définition même de la vie, et l'influence que l'Homme peut avoir sur sa propre procréation. Les techniques d'AMP n'ont donc pas manqué et ne manquent toujours pas de soulever beaucoup d'interrogations chez les croyants, mais aussi chez les non croyants. Voici quelques informations sur certaines positions des quatre principales religions monothéistes qui pourront peut-être apporter certaines réponses aux questions posées, ou qui pourront tout au moins alimenter le débat.

Le Catholicisme

La position du Saint-Office est certainement la plus claire vis-à-vis des techniques d'AMP puisqu'elle est opposée à toute technique artificielle conduisant soit à la procréation, soit à son inverse, la contraception.
On peut en effet résumer la position catholique sur ce sujet par le concept suivant : pas d'enfant sans relations sexuelles, et pas de relations sexuelles sans enfant.
La fécondation ne pouvant être détachée de l'acte sexuel, les techniques d'AMP sont donc toutes rejetées(instruction donum vitae ;Cardinal J. Ratzinger 1987).
De la même manière le seul type de contraception autorisé est l'abstinence périodique, ce qui exclut la contraception artificielle.
Le Vatican considère en effet que l'enfant n'est pas un dû et qu'il ne peut être considéré comme un objet de propriété ; il est plutôt un don. Et si la stérilité est certainement une dure épreuve, il est possible peu à peu d'assurer l'absence d'enfant par une vie sociale pleine de sens et de fécondité relationnelle.
C'est ainsi que l'Eglise préconise le recours à l'adoption chez les couples stériles.
Il est cependant à noter que quelques voix catholiques sont tentées d'accepter la FIV, mais uniquement avec sperme du conjoint.
Enfin, la recherche sur l'embryon pourrait être admise à condition qu'il y ait un bénéfice direct pour l'embryon concerné et qu'il n'encourrre pas de danger majeur. 

 

Le Protestantisme

C'est sans doute la religion la plus ouverte dans ce domaine.
En effet, le recours aux techniques d'AMP est autorisé, même en utilisant un sperme de donneur.
Il ne doit cependant se faire qu'au sein d'un couple hétérosexuel car l'enfant ne peut pas être le prolongement ni d'une seule personne (veuve ou célibataire) ni d'un couple homosexuel (lesbiennes).
Il faut remarquer à ce sujet que de toutes façons la loi française refuse l'accès des femmes seules et des homosexuelles aux techniques d'AMP.
La congélation d'embryons et le Diagnostic Pré Implantatoire sont admis.
La recherche sur l'embryon est admise s'il existe des règles de destruction rapide après expérience et en dehors de toute commercialisation des embryons.
Le protestantisme est la seule religion qui autorise le don d'embryon à un couple stérile (de même que le don de sperme ou d'ovocytes).
D'une manière générale, cette religion autorise beaucoup de démarches qui permettent au couple d'avoir un enfant, car cette possibilité est considérée comme une bénédiction que Dieu apporte aux couples en détresse.
Il ne faut pas cependant que ce recours à l'AMP dépasse le cadre du couple hétérosexuel, ou qu'il soit motivé par un intérêt financier, ou qu'il entraîne des risques pour la santé physique ou psychologique du couple ou de l'enfant.

 

Islam et Judaïsme

Les autres religions sont plus permissives vis-à-vis des techniques d'AMP, avec cependant certaines différences.
Les deux religions que nous allons maintenant aborder, l'Islam et le Judaïsme, présentent une caractéristique commune : ce sont toutes deux des religions communautaires dont les représentants religieux peuvent avoir une certaine interprétation des textes sacrés.
La réponse aux questions posées par les fidèles peut donc varier d'un rabbin à l'autre ou d'un représentant islamique à l'autre, ce qui peut amener certains croyants à consulter plusieurs représentants religieux jusqu'à ce qu'ils rencontrent celui qui leur donnera une réponse plus en accord avec leur désir.
Autre point commun entre ces deux religions : Judaïsme et Islam prennent en compte des critères du développement embryonnaire relativement tardifs pour considérer son statut humain, alors que le christianisme considère que l'embryon est humain dès la fécondation.
En effet, le Talmud (religion juive) retient le seuil de 40 jours après la fécondation, alors que plusieurs dates différentes sont considérées par l'Islam (21,30 voire 120 jours).
Il résulte de ces considérations que ces deux religions présentent des approches de l'AMP plus nuancées et plus libres que le catholicisme, et que ces sujets peuvent être l'objet d'interprétations variables des textes sacrés.

 

L'Islam

Etant donné que pour l'Islam la créature humaine ne reçoit pas l'esprit divin avant le 120ème jour de gestation, l'intervention artificielle de l'homme sur l'embryon n'est pas interdite avant cette date, et on peut donc avoir recours aux inséminations ou à la FIV.

Il faut savoir cependant que la Charria n'autorise les techniques d'AMP qu'au sein de couples mariés.
La congélation des embryons est admise, de même que le Diagnostic Pré Implantatoire s'il est à visée thérapeutique uniquement.
Le recours au sperme de donneur n'est pas admis car il introduit un élément de tromperie et d'instabilité dans la famille et s'oppose au principe de la connaissance de la filiation.

 

Le Judaïsme

Nous l'avons vu plus haut, si la religion juive est basée sur les lois Divines, Talmud Mishma et Gemarah donnent des modalités d'application de la Torah écrite.
Les réponses des rabbins aux questions posées par les fidèles peuvent donc changer d'un représentant religieux à l'autre.
Cependant, d'une manière générale, le Judaïsme considère que l'embryon n'est que de l'eau jusqu'au 40ème jour après la fécondation, et qu'au delà de cette date il fait partie intégrante du corps de la femme.
Enfin, il est interdit de procéder à des actes mutilant du corps de la femme.
Il résulte de ces considérations qu'il est possible d'intervenir sur l'embryon dès le stade de la fécondation (in vitro ou in vivo) jusqu'au 40ème jour.
Les inséminations, la FIV, la congélation d'embryons, et le Diagnostic Pré Implantatoire sont donc autorisés.
Le Judaïsme considère généralement que la stérilité est comme une malédiction puisqu'elle empêche d'obéir à l'ordre " croissez et multipliez ".
Le recours aux techniques d'AMP est donc autorisé pour pouvoir obéir à cet ordre, mais sans utilisation de sperme de donneur pour deux principales raisons : parce que ,selon les responsables religieux , il s'apparente à l'adultère et que de plus, si c'est la mère qui transmet la religion, c'est le père qui transmet l'identité.
L'AMP avec don de sperme induirait donc une usurpation d'identité, et l'enfant, qui ne pourrait pas préciser l'identité de son père, ne pourrait pas non plus se marier ni fonder une famille.
Il est cependant arrivé que des rabbins autorisent le recours au sperme de donneur ; cette autorisation a parfois été donnée à condition d'utiliser un sperme de donneur non juif pour éviter une consanguinité involontaire.
Rappelons que cette demande de sperme " non juif " est impossible à satisfaire en France puisqu'il est interdit de choisir le sperme d'un donneur en fonction de sa religion.

 

La maîtrise de la procréation de l'homme va-t-elle à l'encontre de la foi?

 

Non, je pense même le contraire.
Tout d'abord, les médecins de la procréation ne devraient pas être considérés comme des apprentis sorciers voulant se substituer à Dieu ou aller contre Sa Volonté.
Ils prennent tout simplement en charge des couples souffrant de stérilité, tout comme un cardiologue prendrait en charge un patient souffrant de troubles du rythme cardiaque.
On pourrait alors objecter que la stérilité n'est pas une maladie. Je pense au contraire qu'une durée d'infécondité anormalement longue n'est pas normale, qu'elle s'accompagne souvent d'une souffrance psychologique intense et que le médecin se doit donc de la prendre en charge lorsqu'il est consulté à ce sujet.
S'il est nécessaire de réparer chirurgicalement les trompes bouchées de la conjointe pour rétablir la fertilité, il faut le faire, et cela ne choque généralement personne.
Si une Fécondation In Vitro est nécessaire parce que la réparation des trompes n'a pas donné de résultats satisfaisants ou parce qu'il n'existe pas de traitement médical ou chirurgical de l'infertilité du couple, je pense qu'il ne faut pas la récuser sous prétexte que la fécondation a lieu en laboratoire : le laboratoire d'un biologiste n'est pas plus satanique que le bloc opératoire d'un chirurgien.
Il s'agit simplement de remplacer une technique chirurgicale in vivo par une technique in vitro.
Enfin, beaucoup de croyants considèrent que les médecins sont des outils armés par le Bras de Dieu quelle que soit leur spécialité, et que toute réussite médicale est une occasion de louer Dieu.
S'ils reconnaissent la qualité du travail des médecins, ils considèrent également que ces derniers ne peuvent pas se glorifier de leurs résultats et prétendre se substituer à Dieu parce que rien ne peut arriver sans sa volonté même avec les meilleures technologies.
Ces croyants rejoignent ainsi le sentiment de la majorité des non croyants qui pensent que les médecins exercent un métier noble au service des Hommes ; ils considèrent simplement en plus, que servir les Hommes c'est aussi servir Dieu. Pour ce qui concerne les médecins, ce n'est qu'une question de foi s'ils sont croyants, ou d'humilité s'ils ne le sont pas.

 

Docteur Philippe Terriou

Contactez-nous